Se libérer par la conscience et arrêter de souffrir

Guérir d'une maladie auto immune

Renaître par La Voie des Âmes

Est-ce qu'on peut vraiment guérir naturellement d'une maladie
auto immune ?

Je vous invite à repenser votre notion de "guérir". Quitter l'approche symptomatique pour basculer dans l'approche causal. Vous aurez alors déjà un pied sur le chemin de la guérison, un pied sur La Voie des Âmes.
Guillaume de Lescazes
La Voie des Âmes

J’en imagine déjà qui sont en train d’hurler à la simple évocation de guérir d’une maladie auto immune. Combien de fois j’ai pu entendre « On ne guérit pas d’une spondylarthrite ankylosante. Ce ne sont que des soulagements temporaires mais quand tout va mal ça revient. »

Et ce n’est pas faux. Mais ce n’est pas vrai non plus. Tout dépend de ce que l’on appelle guérir.

Si l’on se fie aux simples indicateurs du BASDAI, au taux de protéine C reactive et aux différentes mesures de douleur et d’atteinte inflammatoire alors oui il est juste de dire que l’on ne guérit jamais.

D’ailleurs, la plupart des personnes, en prenant de l’âge, quelles qu’elles soient ont des crises inflammatoires générées par une situation de stress, ou un environnement créateur d’angoisse.

Laissez n’importe quel organisme de manière prolongée dans un terrain acide et tôt ou tard il éprouvera des problématiques semblables. 

Alors plutôt que d’essayer d’arrêter la douleur, il me semble bien plus pertinent de s’interroger sur pourquoi le corps en est venu à envoyer aux cellules une information d’auto-destruction.

Et par conséquent, découvrir comment, réinformer les cellules, et en conscience, définir un nouveau programme.

Agir sur la cause, pour réduire voire stopper naturellement l'inflammation générée par la spondylarthrite ankylosante.

écoutons le langage des oiseaux : qu'est-ce que ce "mal" a à me dire ? Ou encore en Anglais, dis-ease. Qu'est ce qui ne veut pas que je sois à mon aise ?
pawel-czerwinski-yn97LNy0bao-unsplash

Chaque information envoyé par le corps sous forme de douleur, ou encore d’inflammation, est un message important qui ne demande qu’à être écouté. Déjà si l’on aborde cette problématique sous le prisme symbolique, on comprend directement que le message est lié à la matière. Alors interrogeons-nous. Qu’est-ce que c’est la spondylarthrite ankylosante ? Comment agit-elle sur le corps ?

Dans le sang il y a des TNF alpha. Je ne vais pas rentrer dans les détails scientifiques car cela dépasse le spectre de mes compétences et que d’autres le feront bien mieux que moi. Ce qui m’intéresse ici c’est que l’on s’interroge sur l’action. Les personnes qui souffrent d’une spondylarthrite ankylosante ont tendance à créer plus de TNF alpha donc naturellement, on leur propose un anti TNF alpha qui va bloquer les récepteurs et donc réduire la sensation de douleur. Est-ce que ça fonctionne ? Oui ça réduit les douleurs. Mais c’est un leurre. Le seul facteur sur lequel on travaille ici c’est le symptôme ou le signal. Alors prenons un exemple plus concret. Vous avez une fuite d’eau chez vous. Est-ce que vous accepteriez que le plombier arrive et vous dise que vous n’avez qu’à couper l’eau comme ça ça ne vous embêtera plus ?

Et pourtant c’est ce que vous faites en vous anesthésiant et en n’écoutant pas le message qui vous est adressé.

Alors reprenons. A quoi servent les TNF alpha dans un organisme en bonne santé ? Lorsque vous vous cassez un os par exemple, les TNF Alpha vont être produits en surnombre afin de réparer l’os. Cela créé de la calcification, ce qui va reconstruire l’os endommagé et par la même, créer de l’inflammation.

Dans ce cas, le processus est naturel et fonctionne très bien. Mais s’il n’y a rien de cassé, alors pourquoi l’information est-elle présente chez une personne avec une spondylarthrite ankylosante ou une polyarthrite rhumatoïde ? Qu’est-ce qui en elle serait cassé au point de demander une réparation urgente qui exige de faire basculer l’organisme dans un mode  de survie permanent ?

Peut-on stopper naturellement ou réduire l'inflammation et donc les douleurs ?